Le Dien Chan appelé aussi réflexologie faciale est une méthode naturelle d'accompagnement de la douleur et des troubles fonctionnels qui rentre dans le cadre de la réflexothérapie, une thérapie reconnue par le MeSH ( Medical Subject Headings ) et inscrite sur sa liste des thérapies complémentaires.
Cette méthode de soin innovante et non invasive, à la fois curative et préventive, intervient sur l'homéostasie* de l'organisme.
L'homéostasie* est la capacité que possède naturellement l'organisme à réguler et à maintenir constants, grâce au système nerveux autonome et au système endocrinien,  les paramètres biologiques face aux modifications du milieu extérieur nécessaire à son bon fonctionnement.

Le Dien Chan est une méthode inventée au début des années 1980, par le Professeur Bùi Quôc Châu.
Parce que le visage est très proche du cerveau, richement vascularisé et pourvu de nombreuses terminaisons nerveuses, on obtient par des techniques de  stimulation, sur des points ou  des  zones réflexes du visage, des résultats efficaces et immédiats dans le traitement d?un grand nombre de maux.
Le Dien Chan permet ainsi de soulager quasiment toutes les douleurs et améliorer la qualité de vie.
La réflexologie faciale Dien Chan permet de prendre en charge les troubles fonctionnels en mobilisant les processus naturels d'autorégulation.

 Cette méthode sert à : 

soulager la douleur des maux quotidiens (problèmes musculo-articulaire, digestifs, les maux de tête, sinusite, asthme,état de fatigue...)
- améliorer son bien-être, réduisant les médicaments et leurs effets secondaires. 
- rétablir l’homéostasie en complément de la médecine officielle. 
- renforcer son tonus, équilibrer son énergie. 
- garder sa jeunesse.

 

Comme toute technique de réflexothérapie, le Dien Chan ou réflexologie faciale agit par stimulation de zones et/ou de points réflexes avec les doigts ou avec des outils spécifiques.
Cette méthode peut être utilisée comme technique à part entière (comme c’est le cas au Vietnam) ou en technique complémentaire.
le Prf. Châu a vérifié sa découverte sur des milliers de patients au Vietnam.